Article

The Crown couronnée de succès et tout ce qu’il faut retenir des Emmy Awards 2021

20 septembre 2021
Par Agathe Renac
Le Prince Charles (Josh O’Connor) et la Princesse Diana (Emma Corrin) dans la saison 4 de The Crown. ©Netflix

La 73e édition des Emmy Awards s’est tenue le 19 septembre à Los Angeles. L’occasion pour les plateformes de streaming de s’imposer un peu plus sur le marché des séries.

Le prince Charles (Josh O’Connor) et la princesse Diana (Emma Corrin) dans la saison 4 de The Crown.©Netflix

Après une cérémonie 100 % virtuelle et des statuettes distribuées sur Zoom l’an dernier, les « Oscars des séries » se sont à nouveau déroulés en public le 19 septembre. Cette 73e édition s’est tenue au L.A Live de Los Angeles et était présentée par l’humoriste et acteur Cedric the Entertainer. Si les stars du petit écran ont pu célébrer les Emmy en chair et en os, les invités étaient triés sur le volet. En raison des mesures sanitaires, seuls 500 convives étaient présents, soit près de dix fois moins que d’ordinaire.

Les grandes gagnantes de cette année sont les plateformes de streaming, qui se sont présentées comme de sérieuses rivales face aux chaînes traditionnelles. Parmi elles, Netflix a largement dominé la cérémonie : depuis son lancement en 2007, la plateforme multipliait les nominations mais n’avait jamais remporté d’Emmy dans les catégories les plus convoitées. C’est chose faite. Si la plateforme a décroché les prix de la meilleure série dramatique avec The Crown et de la meilleure mini-série avec Le Jeu de la dame, HBO s’est imposée face au géant du streaming grâce à Ted Lasso, Mare of Easttown et Hacks.

Le sacre de The Crown dans la catégorie des séries dramatiques

Cette année était celle de The Crown. L’équipe de la série est repartie avec sept statuettes et sa quatrième saison a remporté l’ensemble des récompenses pour lesquelles elle était nommée. Une première grande victoire pour Netflix, qui a réussi à conquérir la catégorie reine qui lui avait échappé l’an dernier : celle de la meilleure série dramatique. Le programme, qui met en scène la vie et le règne d’Elisabeth II de son mariage en 1947 à nos jours, a été récompensé pour son scénario et sa réalisation. La performance des acteurs a aussi été saluée : le prix de la meilleure actrice dans un drame a été attribué à Olivia Colman (qui incarne la reine Elisabeth), celui du meilleur acteur dans cette catégorie est revenu à Josh O’Connor (le prince Charles) et ceux du meilleur second rôle féminin et du meilleur second rôle masculin dans une série dramatique ont été attribués à Gilian Anderson (Margaret Thatcher) et Tobias Menzies (le prince Philip). Même l’apparition de Claire Foy a été saluée par le prix de la meilleure invitée dans un drame.

La Chronique des Bridgerton.©Netflix

La série s’est imposée face à des géants tels que La Chronique des Bridgerton qui a été le show le plus regardé de toute l’histoire de Netflix (en cumulant 625 millions d’heures de visionnages en moins d’un mois) et The Handmaid’s Tale, qui s’est écrasée dans toutes les catégories. Elle a aussi volé la vedette à The Mandalorian, une série tirée de l’univers de Star Wars et qui avait connu un large succès sur Disney+.

Apple TV+ et HBO rayonnent dans la comédie

Si le Royaume-Uni a brillé dans la catégorie des séries dramatiques, il a aussi réussi à remporter le prestigieux prix de la comédie. Avec son programme Ted Lasso, Apple TV+ a été nommée dans 20 catégories. La série qui met en scène les aventures d’un coach de football américain débarquant à Londres pour entraîner une équipe de football (et qui a donné l’occasion à Thierry Henry de dévoiler ses talents d’acteur le temps d’un épisode) a été nommée meilleure comédie de l’année. Le jeu de Jason Sudeikis a été salué avec le prix du meilleur acteur dans une comédie et les meilleurs seconds rôles féminin et masculin ont été décernés à Hannah Waddingham et Brett Goldstein.

Jason Sudeikis dans Ted Lasso.©Apple TV+

Du côté des actrices, c’est Jean Smart qui l’a emporté pour sa performance dans Hacks. Dans la série signée HBO, on suit l’alliance de Deborah Vance (Jean Smart), diva et légende du stand-up qui cherche à renouveler son public et Ava Daniels (Hannah Einbinder), une scénariste de comédie de 25 ans, incapable de trouver du travail après avoir tweeté une blague douteuse. La série a aussi été saluée pour son scénario et sa réalisation.

Le Jeu de la dame et Mare of Easttown font de l’ombre aux mini-séries

Une fois encore, Netflix a démontré sa puissance avec Le Jeu de la dame. La série qui suit le parcours brillant et torturé de la jeune Elizabeth Harmon, prodige des échecs, a remporté le prix de la meilleure mini-série. Le show cumulait déjà 62 millions de visionnages un mois après sa sortie, devenant un des programmes les plus regardés de l’histoire de la plateforme. Après ce succès incarné par Anya Taylor-Joy, le nombre d’inscriptions dans des clubs d’échecs avait explosé.

Cette dernière était nommée dans la catégorie de la meilleure actrice dans une mini-série, mais elle s’est inclinée face à Kate Winslet pour son personnage de flic désabusée dans Mare of Easttown. L’histoire d’une double enquête de meurtre et de disparition de jeunes femmes dans une petite ville de Pennsylvanie a séduit. La série a d’ailleurs été récompensée dès le début avec les victoires de Julianne Nicholson et d’Evan Peters pour les meilleurs seconds rôles. Le meilleur scénario dans une mini-série est quant à lui revenu à Michaela Coel pour I May Destroy You, qui a suscité une ovation dans la salle, la scénariste étant la première femme noire à recevoir cette récompense. Halston a aussi été sous le feu des projecteurs avec le prix du meilleur acteur, décerné à Ewan McGregor pour son interprétation du légendaire créateur de mode américain des années 1970.

Kate Winslet a été récompensée pour son rôle dans la mini-série Mare of Easttown.©HBO

La soirée a aussi été marquée par un nouveau record. La star américaine RuPaul a en effet décroché une nouvelle victoire pour son émission de télé-réalité RuPaul’s Drag Race dans la catégorie meilleur jeu de compétition. Avec cette onzième récompense, il est devenu l’artiste noir le plus récompensé de l’histoire des Emmy Awards.

Le palmarès complet

  • Meilleur drame
    The Crown (Netflix)
  • Meilleure comédie
    Ted Lasso (Apple TV+)
  • Meilleure mini-série
    Le Jeu de la dame (Netflix)
  • Meilleure actrice dans un drame
    Olivia Colman (The Crown)
  • Meilleur acteur dans un drame
    Josh O’Connor (The Crown)
  • Meilleure actrice dans une comédie
    Jean Smart (Hacks)
  • Meilleur acteur dans une comédie
    Jason Sudeikis (Ted Lasso)
  • Meilleure actrice dans une mini-série
    Kate Winslet (Mare of Easttown)
  • Meilleur acteur dans une mini-série
    Ewan McGregor (Halston)
  • Meilleur second rôle féminin dans un drame
    Gillian Anderson (The Crown)
  • Meilleur second rôle masculin dans un drame
    Tobias Menzies (The Crown)
  • Meilleur second rôle féminin dans une comédie
    Hannah Waddingham (Ted Lasso)
  • Meilleur second rôle masculin dans une comédie
    Brett Goldstein (Ted Lasso)
  • Meilleur second rôle féminin dans une mini-série
    Julianne Nicholson (Mare of Easttown)
  • Meilleur second rôle masculin dans une mini-série
    Evan Peters (Mare of Easttown)
  • Meilleure invitée dans un drame
    Claire Foy (The Crown)
  • Meilleur invité dans un drame
    Courtney B. Vance (Lovecraft Country)
  • Meilleure invitée dans une comédie
    Maya Rudolph (Saturday Night Live)
  • Meilleur invité dans une comédie
    Dave Chappelle (Saturday Night Live)
  • Meilleur scénario dans un drame
    Peter Morgan (The Crown, « War »)
  • Meilleur scénario dans une comédie
    Lucia Aniello, Paul W. Downs et Jen Statsky (Hacks, « There Is No Line »)
  • Meilleur scénario dans une mini-série
    Michaela Coel (I May Destroy You)
  • Meilleur réalisateur dans un drame
    Jessica Hobbs (The Crown, « War »)
  • Meilleur réalisateur dans une comédie
    Lucia Aniello (Hacks, « There Is No Line »)
  • Meilleur réalisateur dans une mini-série
    Scott Frank (Le Jeu de la dame)
  • Meilleur jeu de compétition
    RuPaul’s Drag Race
Article rédigé par
Agathe Renac
Agathe Renac
Journaliste
Pour aller plus loin