Actu

Une intelligence artificielle pourra bientôt aider à diagnostiquer le cancer du sein

11 janvier 2023
Une intelligence artificielle pourra bientôt aider à diagnostiquer le cancer du sein
©Orion Productions / Shutterstock

C’est la première fois au monde qu’un tel outil est validé cliniquement.

L’intelligence artificielle ne sert pas qu’à générer des images et du texte, elle se montre aussi de plus en plus utile dans le domaine de la médecine. Une étude menée par l’Institut Curie a récemment démontré qu’un algorithme arrivait à détecter la gravité de tumeurs pour plusieurs types de cancers du sein.

2,2 millions de nouveaux cas chaque année

Comme le rappelle l’Institut Curie dans un communiqué, le cancer du sein est le plus fréquent chez les femmes avec plus de 2,2 millions de nouveaux cas chaque année. Il est donc nécessaire d’obtenir des diagnostics à la fois plus rapides et plus précis pour améliorer les chances de survie des patientes.

C’est dans ce but que l’algorithme a été créé, pour assister les médecins et éviter les erreurs de diagnostic : « En raison de l’augmentation de l’incidence globale du cancer du sein et de la diminution du nombre de pathologistes, la charge de travail imposée aux services de pathologie a considérablement augmenté, explique l’Institut Curie. Il existe donc un besoin croissant de solutions automatisées et d’outils d’aide à la décision. »

Plus de 50 caractéristiques mammaires identifiables

L’entreprise Ibex Medical Analytics, spécialisée dans le diagnostic de cancer par l’IA, a donc créé Galen Breast pour diagnostiquer les biopsies mammaires. Grâce à des méthodes d’apprentissage profond (deep learning), l’algorithme a pu s’entraîner sur des centaines de milliers d’images pour identifier plus de 50 caractéristiques mammaires spécifiques.

Lors de l’étude, l’intelligence artificielle a analysé plus de 400 biopsies et les résultats ont été comparés aux diagnostics faits par deux pathologistes spécialistes du sein. Les résultats ont montré que l’IA était très précise, distinguant avec exactitude plusieurs types de tumeurs, y compris des types rares. « J’ai eu le plaisir de participer à l’étude et à la validation de nouvelles innovations qui vont remodeler notre profession pour les années à venir, a déclaré Stuart Schnitt, chef du service de pathologie oncologique du sein au Dana-Farber/Brigham and Women’s Cancer Center et co-auteur de l’étude. J’ai hâte de voir d’autres applications de l’IA se généraliser dans l’utilisation clinique de routine à mesure qu’elles démontreront leur validité clinique. »

À lire aussi

Pour aller plus loin