Sélection

Le genre du péplum : par où commencer ?

28 novembre 2023
Par Lucie
Le genre du péplum : par où commencer ?

Avec la sortie de l’édition « Titans of Cult » de « Gladiator » ce mois de décembre, la période est à la redécouverte des films sur l’Antiquité. Associée au genre du péplum, la période est synonyme de costumes, de décor, d’action épique et de héros musclés. Voici dix films classiques pour bien connaître ce style et les plus grandes superproductions ayant pour thème le passé de la civilisation.

Cabiria (1914)

Figurant parmi les toutes premières superproductions de l’histoire du cinéma, Cabiria innove par bien des aspects. Avec une durée supérieure à 120 minutes, il s’apparente à un très long métrage, à une époque où la plupart des films se voient lors de séance dépassant à peine l’heure. Surtout, alors que le cinéma muet d’alors est considéré comme une pratique artisanale, le film de Giovanni Pastrone déploie une ambition monstre, avec des décors monumentaux et des scènes d’anthologie, notamment une reconstitution de la traversée des Alpes par les éléphants d’Hannibal.

Narrant l’enlèvement de Cabiria par des esclavagistes carthaginois, le film nous emmène d’Italie en Tunisie en nous faisant suivre un espion romain et son suivant, Maciste – ce dernier, incarné par un docker génois, deviendra l’un des héros emblématiques du péplum italien, notamment dans les années 1950-1960. Les deux hommes apprennent le destin de la captive et tentent de la libérer de ses geôliers, qui souhaitent la sacrifier au dieu Moloch. Amour, bravoure et ruse sont au menu des épreuves qui attendent alors le trio de personnages.

Par son ampleur, Cabiria anticipe la naissance d’un cinéma de « superproduction », qui impressionnera notamment deux cinéastes américains, Griffith (Intolérance) et Cecil B. De Mille, futur roi du péplum américain. Le long métrage pose également les éléments incontournables du genre épico-antique : jeune femme à protéger, trahisons multiples, héros musculeux et évocations mythologiques ou historiques parsèmeront dès lors un courant cinématographique populaire aussi bien en Italie qu’aux États-Unis au temps du muet.

À partir de
36,56€
En stock
Acheter sur Fnac.com

Les Dix Commandements (1956)

Spécialistes des grands films bibliques au temps du muet (dont les Dix Commandements, déjà, ou Le Roi des rois), Cecil B. De Mille demeure la grande figure de la superproduction hollywoodienne, avec sa version de Cléopâtre spectaculaire et érotique ou son péplum vétérotestamentaire Samson et Dalila. Son ultime film, Les Dix Commandements, parlant et en couleurs, dépasse en majesté et en spectacle tout ce que le septième art avait produit jusqu’alors.

Racontant la vie de Moïse (Charlton Heston), le film suit d’abord l’épanouissement du garçon à la cour du pharaon Seti – on le croit neveu naturel du monarque égyptien –, sa rivalité avec le futur Ramsès II (Yul Brynner), son amour pour Néfertari (Anne Baxter) puis la découverte de ses origines réelles. Devenu leader des esclaves hébreux dans leur libération, le héros passe alliance avec Dieu et vie les événements de l’Exode qui mène ce peuple vers la « Terre promise ».

Traversée de la mer Rouge, scènes de construction pharaonique, plaies d’Égypte, destruction du Veau d’or… Chaque séquence de ce film « bigger than life » définit le péplum comme un genre spectaculaire. Une impression renforcée en l’espèce par une musique épique et un étalonnage hors du commun (due au procédé Technicolor). 

14,99€
25€
En stock
Acheter sur Fnac.com

Quo Vadis (1951)

Entre 1951 et 1964, les studios américains se délocalisaient volontiers du côté de Cinecittà, à Rome, pour tourner des scènes épiques. Cette installation a profité notamment au péplum Quo Vadis, quatrième adaptation d’un roman portant sur la persécution des premiers chrétiens par les Romains. Un long métrage à revoir aujourd’hui pour comprendre l’intérêt des coproductions italo-américaines d’alors, qui ont donné à cette période du péplum le doux nom d’Hollywood-sur-Tibre…

À partir de
26,74€
En stock
Acheter sur Fnac.com

Messaline (1960)

L’Italie a multiplié les productions péplum après la Seconde Guerre mondiale. Profitant des décors antiques de la Cinecittà, de nombreux cinéastes ont fait leurs armes dans ce type de productions, à commencer par Sergio Leone. Outre les films présentant des héros sculpturaux se battant contre des créatures fantastiques (les franchises Maciste ou Hercule), le genre a accouché de quelques curiosités, comme Messaline. Ce personnage historique réel (femme de l’Empereur romain Claude réputée de mœurs légères) fournit le prétexte de ce péplum politique parfaitement bien mis en scène, qui témoigne de la maestria de certains artisans transalpins du genre.

À partir de
16,93€
En stock
Acheter sur Fnac.com

Ben Hur (1959)

Célèbre pour sa fameuse course de chars et son message christique, Ben Hur mérite toujours un revisionnage de plus. À l’insu de Charlton Heston, le scénariste Gore Vidal et le réalisateur William Wyler se sont en effet amusés à développer, de manière sous-jacente, la relation latente entre Ben Hur et Messala, faisant de ce film à grand spectacle l’une des œuvres cryptogay les plus célèbres du cinéma.

15€
20€
En stock
Acheter sur Fnac.com

Cléopâtre (1963)

Film qui épuisa deux producteurs de la Fox, le troisième mari d’Elizabeth Taylor et la première femme de Richard Burton, Cléopâtre est resté longtemps l’œuvre la plus chère de l’histoire du cinéma (avant d’être détrônée par Titanic). À la reine ptolémaïque d’Égypte, deux personnalités du monde romain, Jules César puis Marc Antoine, vouèrent un amour sans limites. C’est ce que dépeint ce dernier exemple du péplum mégalomane, parfaitement maîtrisé et magnifiquement interprété, dont Hollywood s’est fait une spécialité durant son âge d’or.

À partir de
16,93€
En stock
Acheter sur Fnac.com

Spartacus (1960)

Charles Laughton, Peter Ustinov, Tony Curtis, Laurence Olivier, Kirk Douglas… Il fallait un certain courage au réalisateur qui allait devoir diriger le casting de Spartacus, péplum sur la révolte des esclaves confié au départ à Anthony Mann avant d’être mis en scène par Stanley Kubrick. Il en ressort un objet curieux, film spectaculaire qui doit beaucoup au jeu shakespearien de ses interprètes masculins. Le long métrage eut également comme vertu d’éloigner Kubrick, à vie, des films de commande, échaudé par une expérience assez cauchemardesque sur le tournage de cette tragédie romaine.

À partir de
139,53€
En stock vendeur partenaire
Acheter sur Fnac.com

La Chute de l’Empire romain (1964)

Inspiration principale de Gladiator, La Chute de l’Empire romain pourrait s’appeler « la chute d’Hollywood-sur-Tibre » tant il reste l’un des derniers péplums américains de la période classique. Racontant la querelle de succession entre Livius et Commode à la mort de Marc Aurèle, le récit délaisse les grandes scènes épiques pour mieux aborder frontalement la question philosophique et politique du pouvoir. Surtout, l’œuvre d’Anthony Mann reste un grand film de comédiens, Alec Guinness, Stephen Boyd, Sophia Loren ou Christopher Plummer apportant beaucoup à ce long métrage crépusculaire.

À partir de
33,87€
En stock
Acheter sur Fnac.com

Gladiator (2000)

Gladiator

En ressuscitant le péplum en 2000, Ridley Scott a accompli une véritable révolution dans le domaine du blockbuster. Utilisant tous les codes du cinéma contemporain sur un thème antique, le réalisateur d’Alien et de Blade Runner redonnait du sérieux et un caractère sombre à un courant qui avait été davantage parodié que suivi depuis 1965. Faisant de Russell Crowe une star oscarisée, offrant à Joaquin Phoenix son premier rôle dans un projet d’ampleur, Gladiator a fait date pour ses scènes spectaculaires et poétiques. Racontant davantage le parcours d’un homme voulant racheter sa dignité bafouée qu’une quête de pouvoir, ce joli récit a placé définitivement son auteur au rang des inspirateurs d’Hollywood.

À partir de
89€
En stock vendeur partenaire
Acheter sur Fnac.com

Troie (2004)

Dans le sillage de Gladiator, et avant 300 ou Le Choc des Titans côté fantasy, deux péplums de qualité ont vu le jour dans les années 2000 : Alexandre d’Oliver Stone et Troie de Wolfgang Petersen. Si le premier est avant tout un grand film psychologique et historique, le second a gardé du genre son caractère divertissant et spectaculaire. Brad Pitt en Achille, Eric Bana en Hector, Diane Kruger en Hélène de Troie, rejouent l’Illiade en version Hollywood 2.0, au service d’un bon moment d’action et de romance impossible. Tous les ingrédients d’un film du samedi soir !

10€
13€
En stock
Acheter sur Fnac.com

À lire aussi

Article rédigé par
Lucie
Lucie
rédactrice cinéma sur Fnac.com
Sélection de produits