Perreaux Silhouette : petits mais costauds

25 mai 2022
Par Mathieu
Perreaux Silhouette : petits mais costauds
©DR

On sait tous que  » tout ce qui est petit est mignon » mais en hifi, ça ne suffit pas. Perreaux, marque neo-zélandaise, l’a bien compris et nous présente ici une gamme ultra-compacte dont les performances n’ont rien à envier aux plus gros.

Ayant été particulièrement séduit par la gamme Eloquence (avec les 150i et 250i), je dois avouer que lorsque j’ai vu pour la première fois cette gamme sur le site du constructeur Néo-zélandais, mon réflexe a été de décrocher le téléphone pour harceler l’importateur : il me les faut, je veux essayer !!

Me voilà donc face à des petits cartons, tellement petits que je me demande s’il ne s’agit pas d’une erreur ! Et non ! D’ailleurs, ce n’est pas petit, c’est minuscule ! Alors là, le conservateur que je suis parfois ne peut s’empêcher de penser que ça ne peut pas marcher. Et oui, le hifiste peut vite être contrarié !

« Essayons quand même puisqu’ils sont là » c’est à peu de chose près ce qui a dû sortir de ma bouche à cet instant.

Parlons, dans un premier temps, des choses qui fâchent : le lecteur CD SXCD dont le drive et le convertisseur sont séparés. La liaison drive-convertisseur se fait par une nappe informatique franchement disgracieuse. Le SXCD ne dispose pas de télécommande ni d’afficheur. Mais est-ce que ça sonne bien ?

Branché avec le petit intégré SX25i sur les BW CM1 (excellentes petites enceintes bibliothèque ), nous démarrons l’écoute : bon… OK, j’ai tort, ça marche bien et même très bien. Le mariage fonctionne, l’ampli ne peine pas à alimenter les CM1, pourtant gourmandes en courant.

Nous irons jusqu’à malmener les petits Perreaux en les associant à des petites enceintes colonnes plutôt difficiles sans pour autant les voir sombrer. Un tour de force pour de si petites machines.

Mais ce qui me frappe surtout, c’est la douceur de l’écoute : pas d’agressivité, de jolis timbres, de jolies nuances. L’utilisation de MOSFET ( transistor à effet de champ ) y est très probablement pour quelque chose. On y retrouve la richesse, la douceur des tubes ( bien qu’il n’y en ait pas ) associées à l’efficacité des transistors.

Nous essayons ensuite la version préampli SXP2 avec l’ampli de puissance stéréo SX25 : le préampli est de type passif, c’est-à-dire qu’il ne dispose ni d’alimentation ni d’électronique, afin de préserver la qualité du signal entrant. Surprenant mais efficace. L’écoute est de la même qualité que la précédente et gagne en ouverture.

La gamme Silhouette dispose aussi d’un DAC (pour les amoureux de la musique dématérialisée), d’un ampli casque et d’un préampli phono. Ce dernier est totalement paramétrable par switchs en fonction de la cellule que l’on utilise : MM ou MC évidemment mais aussi niveau de sortie, résistance, capacité…

La gamme Silhouette s’inscrit donc dans la lignée des produits destinés à ceux qui souhaitent se créer une « petite » chaîne sur mesure tout en voulant garder une qualité de restitution audiophile.

A écouter de toute urgence !

Article rédigé par
Mathieu
Mathieu
expert Hifi à Fnac Montparnasse