Sélection

Homosexualités et littératures

12 mai 2021
Par Sébastien Thomas-Calleja
Homosexualités et littératures

Et si on lisait comme on s’aime ? À l’occasion du mois des fiertés LGBTQIA+*, nous sommes fier·e·s de vous présenter une sélection de 10 romans qui ont changé notre vision des sexualités autres qu’hétéronormées, en leur apportant un regard humain, car amoureux.

Intimement liée à l’histoire des mœurs, l’évolution de la représentation de l’homosexualité dans la littérature, ou de toutes altersexualités hors de la norme hétérosexuelle, a suivi le cours du fleuve de l’histoire souvent tumultueux de la morale.

Assimilée à la pédérastie durant l’Antiquité, vue comme décadence sociale dans la Bible et durant le Moyen-Age, cachée car honteuse, puis à peine sous-entendue pour éviter la censure, l’homosexualité fut longtemps un tabou qu’on préférait ne pas voir, occulter ou condamner.

À la fin du XIXe siècle, apparaissent les premiers personnages présentant l’homosexualité autre que sale ou dangereuse.

Oscar WildeLe portrait de Dorian Gray – Oscar Wilde

« Aujourd’hui les gens connaissent le prix de tout et la valeur de rien. »

Roman fantastique culte écrit à l’époque corsetée de l’Angleterre victorienne, il est aussi une réflexion sur l’esthétisme, l’art et la jeunesse. Le jeune Dorian est d’une beauté insolente, qui ne peut qu’être peinte pour l’artiste Basil, alors qu’Henry veille à sa moralité.

Une histoire d’amitié, mais aussi de désir et de passion. Même si l’homosexualité n’y est que suggérée, une sensualité irrésistible se dégage de ce chef d’œuvre de la littérature anglo-saxonne. L’attirance, la perversité, mais aussi son propre double dans le miroir ou sur le portrait, tout y est abordé.

Un livre aux multiples entrées qui fascine toujours aujourd’hui et invite à « se réfléchir ».

La confusion des sentiments – Stefan Zweig Stefan Sweig

« Aucune souffrance n’est plus sacrée que celle qui par pudeur n’ose pas se manifester. »

Si son départ à la retraite est l’occasion pour Roland de D. de se remémorer son passé, une relation de sa jeunesse manque à l’appel. Une part d’ombre qu’il s’échinera à reconstituer dans une sorte de mémoire cachée. Une rencontre aussi troublante que décisive avec un professeur qui le conduit à un attachement exaltant et destructeur.

Il fallait tout le talent et le style de Zweig pour décrire cette désorientation créée par l’ambivalence entre le désir et la morale. Et aussi beaucoup d’audace pour publier ce texte magnifique en 1927. Un classique indémodable.

MauriceMaurice – E.M. Forster

« Tout était si compliqué ! Quand l’amour disparaît, le souvenir qu’il laisse ne lui ressemble pas. »


Hanté depuis l’enfance par des rêves mélancoliques, le jeune Maurice part faire ses études à Cambridge avec encore une idée trouble de la passion et du désir. Nous sommes dans l’Angleterre des années 20 au puritanisme radical. Sa rencontre avec Clive, étudiant lui aussi, sera déterminante. Une amitié forte se construit, dont la puissance dépassera tout ce qu’il pouvait en attendre.

C’est une histoire d’amour, et le parcours d’un homme face à une sexualité qu’il réprime.

Magistralement écrit par un maître des lettres anglaises, qui refusera que ce texte incontournable soit publié de son vivant.

Carol – Patricia Highsmith Carol

« Elle eut l’impression, fugitive, que son esprit venait de déborder de ses rives et qu’il s’épanchait, libre, dans l’espace. »


C’est la fascination qu’exerce Carol qui est au cœur de ce roman. Une attirance qui emmènera Thérèse sur les rives inconnues de la passion. Thérèse est vendeuse d’un grand magasin, timide et mariée sans amour. Carol est rayonnante et éclatante de beauté. Leur relation évoluera très vite vers un amour ardent. Mais la morale veille par le biais de son époux et de l’enfant qu’il menace de lui confisquer.

Un roman brillant et indispensable sur l’homosexualité féminine qui paraitra au Royaume-Uni en 1952, mais sous pseudonyme.

Les chroniques de San FranciscoLes Chroniques de San Francisco – Armistead Maupin 

« Son T-shirt Mao Tsé-Tung étreignait si fortement sa poitrine que le président affichait un large sourire. »


Véritable phénomène éditorial, cette série qui compte aujourd’hui 9 tomes, popularisée par la télévision, est devenue un symbole de la communauté LGBT. Elle nous conte le quotidien de célibataires dans une pension de famille tenue par Mary Ann Madrigal, son « refuge pour chats errants », comme elle l’appelle, recueille les joies et les peines de jeunes gens en pleine libération sexuelle dans le San Francisco des seventies.

Un monument plein d’humour et de fantaisie, qui a même le privilège de se visiter à la fameuse adresse du 28 Barbary Lane.

Les oranges ne sont les seuls fruits – Jeanette Winterson Les oranges

« Elle priait toujours debout, à cause de ses genoux, tout comme Bonaparte donnait toujours ses ordres à cheval, à cause de sa taille. »


Un texte essentiel qui raconte de façon jubilatoire la vie d’une petite fille, qui n’est autre que l’auteure, adoptée par une famille protestante dévote jusqu’à la bigoterie. Utilisant la dérision, l’humour, mais aussi la poésie pour mieux dénoncer le fanatisme et l’intolérance dont la narratrice sera victime du fait de son homosexualité, ce roman est aussi devenu symbole de liberté et des luttes féministes.

La piscine bibliothèqueLa Piscine-bibliothèque – Allan Hollinghurst

« Plus que jamais enclin à l’esthétisme, je m’envisageais soudain comme un personnage romantique. »


C’est une époque disparue qui est retranscrite dans ce roman, celle d’avant le SIDA. Nous sommes à Londres et suivons les aventures amoureuses et avant tout sexuelles d’un jeune dandy rentier obsédé, comme ses congénères, par l’apparence. Antipathique il l’est, mais le talent de l’auteur va bien plus loin que la superficialité d’un libertinage échevelé.

Il recrée une atmosphère, dans un contexte social où l’argent doit dominer, pour mieux en faire une chronique de vie nostalgique et élégante. 

Brokeback Mountain – Annie Proulx 

brokeback mountain

« Il y avait un espace incertain entre ce qu’il savait et ce qu’il voulait croire, mais il n’y pouvait rien, et quand on ne peut rien y faire il faut vivre avec. »


Mondialement connu grâce au film sorti en 2005, ce roman eut un succès retentissant. Au cœur des grands espaces américains du Wyoming, Annie Proulx réussit à construire une histoire d’amour déchirante entre deux êtres. Deux cow-boys nomades, dont la virilité est incompatible dans l’imagerie populaire avec l’homosexualité.

Son roman fascine car sa puissance d’évocation est universelle.

Caresser le veloursCaresser le velours – Sarah Waters

« Quelle ironie ! Moi, qui m’étais si souvent pavanée sur la scène des théâtres londoniens, travestie en homme, j’avais peur maintenant de sortir dans la rue en femme ! »


Alors qu’elle rédigeait sa thèse de littérature anglaise, l’auteure écrivit un roman historique sur le modèle de ses illustres prédécesseurs, dans le West End du Oliver Twist de Charles Dickens, mais dans un style aussi aventureux que les Heurs et malheurs de la fameuse Moll Flanders de Daniel Defoe.

Un défi amplement réussi dans ce très beau roman qui retrace la vie de deux lesbiennes à l’époque victorienne. Loin d’être pathétique, elle rend, ce qu’on appelait alors à demi-mot, le saphisme vivant et pétillant sous les feux de la rampe des music-halls. 

En l’absence des hommes – Philippe BessonPhilippe Besson

« Je t’écris parce que t’écrire, c’est être avec toi. »


Le temps d’été. Un été de répit pour Arthur en permission du front sanglant de 1916 qu’il trouve dans les bras passionnés de Vincent, alors même que celui-ci recherche l’apaisement dans une amitié avec Marcel Proust. Une passion et une filiation.

Ce premier roman de Philippe Besson est avant tout une très belle histoire d’amour, dans laquelle on reconnaît déjà son style subtil et délicat pour décrire les sentiments.

L’occasion aussi, à propos de ce dernier titre, d’évoquer la figure tutélaire française du roman homosexuel, celui ayant abordé ce thème sans détour dans À la recherche du temps perdu, sa grande œuvre fondée sur les sentiments humains et leur mémoire, y compris l’amour entre deux êtres du même sexe.

Alors, si on lisait comme on s’aime ? Loin d’être exhaustive, nous espérons vous apporter à travers cette liste le plaisir de lire et l’amour de la littérature.

Tous ces titres sont à retrouver en magasin, sur commande ou en téléchargement via notre plateforme Kobo by Fnac.

* LGBTQIA+ est un sigle utilisé pour qualifier les personnes lesbienne, gay, bisexuelle, trans, queer, intersexe et assimilée.

Aller + loin : [Dossier] Qui suis-je ? Qui j’aime ?

Article rédigé par
Sébastien Thomas-Calleja
Sébastien Thomas-Calleja
libraire à Fnac Parly 2
Sélection de produits