Dossier

PlayStation 5, Xbox Series X : Qu’est-ce que HDMI 2.1 et quels TV sont compatibles ?

29 novembre 2020
Par Mathieu Freitas

Encore peu répandu, le HDMI 2.1 devrait être adopté plus massivement dans les prochains mois, afin notamment de permettre de profiter des Xbox Series X et PlayStation 5. Mais quels changements cette nouvelle version apporte-t-elle exactement ? On fait le point.

De plus en plus souvent délaissé au profit de l’USB-C sur lequel s’appuient désormais le Thunderbolt d’Intel et le DisplayPort, respectivement depuis leurs versions 3 et 1.3, dans l’univers informatique, le HDMI (High-Definition Multimedia Interface) reste bien l’interface audio/vidéo privilégiée dans le salon. Présente sur les téléviseurs, mais bien sûr aussi sur les différentes sources pouvant y être connectées, elle continue donc d’évoluer avec le marché. La dernière version en date est ainsi numérotée 2.1 et, alors qu’elle avait été annoncée dès début 2017 par le HDMI Forum qui l’a d’ailleurs finalisée la même année, semble finalement sur le point de se généraliser. Jamais en tout cas le HDMI 2.1 n’avait autant fait parler qu’au cours de ces derniers mois. Mais qu’apporte-t-il donc de plus que la version 2.0, et pour quoi faire ?

Plus de bande passante pour de la 4K jusqu’à 120 fps

La première amélioration de cette nouvelle version de l’interface HDMI est à chercher du côté de la bande passante. Passée à 10,2 Gbps avec le HDMI 1.4, puis à 18 Gbps avec le HDMI 2.0, elle augmente encore pour atteindre cette fois un total de 48 Gbps, répartis non plus sur trois canaux comme c’était le cas jusqu’ici, mais sur quatre.

Bande passante disponible avec les différentes normes HDMI

© HDMI Licensing Administrator, Inc.

De quoi autoriser la transmission de flux vidéo plus lourds, jusqu’à la 8K et même la 10K. Les plus pointilleux noteront évidemment que l’offre de contenus créés avec de telles définitions est pour l’heure limitée, pour ne pas dire inexistante, mais cette augmentation de la bande passante peut également se révéler utile pour la 4K, puisqu’elle permet alors un framerate plus élevé : jusqu’à 120 fps, ou images par seconde, contre 60 fps en 8K. À noter que l’on parle ici de signaux non compressés, le HDMI 2.1 étant également compatible avec la version 1.2a du standard DSC (Display Stream Compression) développé par la Video Electronics Standards Association pour la compression dite “sans perte” de flux 8K ou 10K jusqu’à 120 fps.

Résolutions supportées par le HDMI 2.1

© HDMI Licensing Administrator, Inc.

Rappelons par ailleurs que le HDMI 2.0 et même le HDMI 1.4 prenaient déjà en charge la 4K, avec toutefois un maximum de 30 fps dans le premier cas et de 60 fps dans le second. Le gain n’est donc pas négligeable, surtout pour les joueurs.

Un cap important pour les Xbox Series X et PS5

Certains jeux peuvent déjà tourner en 4K à 120 fps sur PC, à condition bien sûr d’avoir une bonne configuration, et ce devrait désormais aussi être le cas sur console. C’est en tout cas l’une des grandes promesses de la Xbox Series X – mais pas de la Series S, limitée à 60 fps en 4K – et de la PlayStation 5. Il faudrait donc impérativement un TV en HDMI 2.1 pour profiter pleinement des consoles “next gen”, tant est qu’elle parvienne à tenir leurs promesses. Il est d’ailleurs à noter que les nouvelles consoles de Sony et Microsoft promettent aussi de supporter la 8K, mais il est peu probable d’y voir tourner des jeux 8K natifs. Il devrait s’agir au mieux d’upscaling, pour ce qui est du jeu au moins. Rappelons que les consoles peuvent aussi donner accès à des services de streaming vidéo qui, s’ils ne sont pas encore passés à la 8K, y viendront sans doute.

Les bénéfices du HDMI 2.1 ne s’arrêtent toutefois pas à la définition et la fréquence d’images, mais restent majoritairement tournés vers le jeu avec aussi de nouvelles fonctionnalités comme le Variable Refresh Rate (VRR) et le Quick Transport Frame (QFT). La première, à l’image des technologies FreeSync et GSync respectivement chez AMD et Nvidia, doit permettre aux téléviseurs et autres dispositifs d’affichage d’ajuster en temps réel leur taux de rafraîchissement pour suivre la fréquence d’images des consoles, quand la seconde vise elle à réduire le retard à l’affichage (input lag). On note d’ailleurs aussi l’ajout d’une fonctionnalité baptisée Auto Low Latency Mode devant permettre aux consoles de se signaler auprès d’un téléviseur afin que celui-ci bascule automatiquement sur un mode à faible à latence, comme le mode jeu désormais proposé sur la plupart des TV.

Variable Refresh Rate (VRR) disponible en HDMI 2.1

© HDMI Licensing Administrator, Inc.

Dynamic HDR et eARC pour l’audio multicanal

Si les joueurs – tant est qu’ils investissent dans l’une des nouvelles consoles de Sony et Microsoft et que celles-ci tiennent toutes leurs promesses – sont certainement ceux qui ont le plus à tirer de la dernière version de l’interface HDMI, elle apporte également quelques améliorations intéressantes pour le divertissement en général. Outre la fonction Quick Media Switching (QMS) devant accélérer le chargement des contenus à leur lancement, l’HDMI 2.1 apporte le support des normes HDR les plus avancées qui utilisent des métadonnées pour améliorer le rendu image par image, comme le HDR10+ ou le Dolby Vision. On pourra d’ailleurs noter que le Dolby Vision est supporté par les nouvelles consoles Xbox, mais c’est également le cas d’autres sources, comme certains lecteurs Blu-ray.

Dynamic HDR disponible en HDMI 2.1

© HDMI Licensing Administrator, Inc.

Et puisque l’on parle de Dolby, soulignons aussi que le Dolby Atmos sera également supporté par le HDMI 2.1, de même d’ailleurs que le DTS:X et, plus généralement, que les signaux 5.1 et 7.1 utilisés pour l’audio surround grâce à une fonction ARC améliorée : l’eARC, pour enhanced Audio Return Channel. Comme pour l’image, la bande passante a été élargie afin de permettre la diffusion de signaux audio plus lourds, que ce soit en raison d’un grand nombre de canaux pour le son surround donc, ou simplement d’un taux d’échantillonnage élevé, jusqu’à 192kHz avec un encodage 24-bit. On rappellera tout de même que le HDMI 2.0 supporte lui aussi les signaux 5.1, mais uniquement compressés.

Nouvelle norme, nouveau câble

Au total, ce sont ainsi sept fonctionnalités – VRR, QFT, QMS, ALLM, Dynamic HDR, DSC 1.2a et eARC – qui définissent ensemble la norme HDMI 2.1, qui doit en outre prendre en charge celles des normes précédentes comme le CEC (Consumer Electronic Control) pour le contrôle des différents appareils raccordés en HDMI via une seule télécommande, pour ne citer qu’elle. Il faut en effet que toutes soient supportées pour qu’un port soit estampillé HDMI 2.1.

Specifications des différentes normes HDMI

© HDMI Licensing Administrator, Inc.

Côté utilisateur, il faudra bien sûr aussi investir dans un câble compatible afin de pouvoir en profiter. Ils sont identifiables grâce au label “Ultra High Speed HDMI”. À noter que ces câbles fonctionnent aussi avec les normes précédentes. Qui peut le plus peut le moins.

Câble Ultra High Speed HDMI

© HDMI Licensing Administrator, Inc.

Des améliorations qui peuvent profiter à au HDMI 2.0

Il est par ailleurs à noter que certains fabricants de téléviseurs proposent certaines améliorations de l’HDMI 2.1 en HDMI 2.0, à l’instar de Panasonic ou Samsung, dont quelques téléviseurs, bien qu’en HDMI 2.0 donc, proposent l’ALLM, l’eARC ou encore le VRR. On peut supposer que ces fabricants ne voyaient simplement pas l’intérêt d’investir dans le HDMI 2.1 en l’absence de sources réellement capables d’en tirer profit, mais l’arrivée des Xbox Series X et PS5 pourrait bien changer la donne. Si les téléviseurs en HDMI 2.1 restent donc aujourd’hui encore peu nombreux, même sur le haut de gamme, il est probable que l’adoption s’accélère en 2021.

Les meilleurs TV compatibles HDMI 2.1

Les références de TV compatibles avec le HDMI 2.1 ne sont pas légion, et on les trouve essentiellement chez LG, Samsung et Sony. Nous avons sélectionné pour vous les modèles les mieux notés par notre Labo et disposant donc de la fameuse connectique.

LG OLED65CX6LA

© LG

LG OLED65CX6LA

Ce modèle, parmi les meilleurs du moment, se classe en tête des téléviseurs compatibles avec le HDMI 2.1. Il est à noter pour son cas qu’il dispose de quatre prises HDMI, mais aussi d’une compatibilité G-Sync, comme tous les téléviseurs LG qui suivent. Ce TV s’est illustré brillamment sur notre banc d’essai, offrant d’excellents résultats tant en contraste que sur les autres éléments testés.

LG OLED55CX6LA

Sans grande surprise, la mouture 55 pouces de l’OLED CX de LG se classe juste derrière le TV de 65 pouces, et offre une prestation tout aussi convaincante. Quatre HDMI compatibles 2.1 sont là aussi inclus.

LG OLED55GX6LA

À peine moins convaincant en termes de colorimétrie que le CX, l’OLED55GX6LA de LG a lui aussi le mérite d’ajouter quatre ports HDMI 2.1 à son excellente qualité d’image.

LG OLED48CX

Considéré ou presque comme un « petit » téléviseur, du moins dans l’univers de l’OLED où les moins de 50 pouces sont rares, l’OLED48CX ne démérite pas pour autant, et offre d’excellents résultats globaux, à quelques défauts colorimétriques près (lire notre test). Et avec quatre HDMI en prime.

Samsung QE75Q950TST

Le QLED est lui aussi à l’honneur, et permet de profiter des dernières générations de consoles de jeu sur un grand écran de 75 pouces, avec ce modèle QE75Q950TST signé Samsung et testé ici. Compatible avec la 8K, ce modèle compte quatre HDMI, dont un compatible 2.1.

Samsung QE65Q800T

Un peu plus abordable que la série Q950TS, la série Q800T, dont nous avons testé la version 65 pouces, fait mouche elle aussi (voir notre test complet). Très performant, ce modèle profite lui aussi de quatre HDMI, dont une répond à l’intégralité des spécifications du 2.1.

Ajoutons pour compléter cette sélection que d’autres modèles testés par notre Labo, également détenteurs de 5 étoiles, profitent eux aussi d’une compatibilité HDMI 2.1. Sont par exemple concernés, les Samsung de séries Q83T et Q80T, mais aussi le Sony KD-55XH9096.

Article rédigé par
Mathieu Freitas
Mathieu Freitas
Journaliste