Actu

Netflix acquiert son premier studio de développement de jeux vidéo

29 septembre 2021
Rendez-vous en 2022 pour découvrir les premiers jeux vidéo Netflix. ©Netflix

Après les séries, les documentaires et le cinéma, Netflix souhaite désormais se faire un nom sur un nouveau terrain : le jeu vidéo. Pour y parvenir, la firme vient de franchir un premier pas avec une acquisition ô combien symbolique.

Qui aurait cru que, lorsque Netflix est arrivé sur nos écrans, nous assistions à l’émergence d’une nouvelle superpuissance ? Lancée en 2007 aux États-Unis, la plateforme n’est devenue un véritable phénomène qu’au début des années 2010. Arrivée en France, quelques mois après avoir franchi le cap des 50 millions d’abonnés à travers le monde, la plateforme de SVOD en comptabilise aujourd’hui plus de 200 millions. Dans notre entourage, nous connaissons tous au moins une personne qui possède Netflix et pas une semaine ne se passe sans qu’un contenu Netflix ne fasse parler de lui. Désormais, la firme au grand N ne se contente plus de proposer des films ou des séries, mais en produit aussi, avec des stars telles que Dwayne Johnson, Daniel Craig ou encore Jennifer Lopez. Des productions qui se permettent même de rafler des prix, comme le prouvent les sept statuettes remportées lors de la dernière cérémonie des Oscars ou les 44 prix glanés lors des Emmy Awards 2021, qui se sont tenus le 20 septembre dernier.

Un studio qui colle parfaitement à l’esprit de Netflix

Poids lourd dans le monde du cinéma et des séries télés, quel peut être le prochain grand défi de Netflix ? La réponse est toute trouvée : le jeu vidéo. En juillet dernier, nous apprenions que Netflix songeait en effet à lancer sa propre branche gaming, en recrutant notamment un vice-président passé par Facebook et Electronic Arts. Alors que des premiers jeux mobiles inspirés de Stranger Things sont déjà sortis dans certains pays européens, Netflix vient de franchir un nouveau cap : l’acquisition de son premier studio de développement de jeu vidéo. Fondé en 2014, Night School Studio passe donc sous le pavillon Netflix après avoir déjà œuvré sur Oxenfree, Afterparty et un jeu mobile dérivé de la série Mr. Robot. Reconnu pour sa capacité à créer des univers étranges et des jeux où l’on ressent l’influence cinématographique d’auteurs tels que David Lynch ou les frères Coen, l’association avec Netflix a donc tout sur le papier pour être gagnante.

Des jeux « originaux et distinctifs » bientôt sur Netflix

Et si ce premier rachat marque un tournant dans l’histoire de Netflix, la firme devrait faire honneur à son statut de mastodonte avec d’autres rachats à prévoir dans les mois et années à venir. C’est en effet ce que l’on peut penser après les déclarations de Mike Verdu, vice-président du département Développement des Jeux Vidéo pour Netflix. Désireux de ramener d’autres équipes de développement et d’assurer un catalogue capable de satisfaire le plus grand nombre, ce dernier s’est montré plus qu’optimiste pour la suite des événements :

« Nous continuerons de travailler avec des développeurs du monde entier et de recruter les plus grands talents du secteur pour élaborer une collection de jeux exclusifs destinés aux joueurs de tous les types et de tous les niveaux. Comme nos séries et films, ces jeux feront partie de l’abonnement Netflix, sans publicité ni achats intégrés. Restez à l’écoute, d’autres nouvelles sur le sujet arriveront bientôt.« 

Pour en savoir un peu plus sur la nature de ces futurs jeux, il faut cette fois se tourner vers Night School Studios, et notamment l’un de ses fondateurs, Sean Krankel. Selon ce dernier, le studio souhaite « développer ses aspirations narratives et conceptuelles à travers des jeux originaux et distinctifs. » Faut-il s’attendre à des jeux dérivés des contenus les plus populaires de Netflix ou de toutes nouvelles créations susceptibles d’offrir une nouvelle identité à la plateforme ? En attendant, les plus curieux peuvent toujours découvrir le travail de Night School Studios puisqu’Oxenfree est disponible à petit prix sur Xbox One, PS4, Switch, PC et mobiles iOS et Android.

Article rédigé par
Alexandre Manceau
Alexandre Manceau
Journaliste
Pour aller plus loin