Sélection

Rentrée littéraire : 10 jeunes talents à suivre

01 septembre 2017
Par Mathilde1
Rentrée littéraire : 10 jeunes talents à suivre

En cette rentrée littéraire pleine à craquer, certains noms et visages commencent à vous être familiers, alors que d’autres vous sont encore parfaitement étrangers : ces dix auteurs de la rentrée littéraire sont au début d’une carrière que l’on devine prometteuse. Tout ce qu’on peut vous conseiller, c’est de bien retenir leurs noms : ils sont les talents d’aujourd’hui et de demain.

Un-certain-monsieur-Piekielny

François-Henri Désérable

François-Henri Désérable, qui fête ses trente ans en 2017, est l’une des étoiles montantes de la littérature française. Lui qui a commencé à écrire à 18 ans après la lecture de Belle du Seigneur d’Albert Cohen, s’est fait remarquer en 2013 avec Tu montreras ma tête au peuple, roman sur la Révolution française, et a remporté le prix des lecteurs L’Express/BFM deux ans plus tard avec la biographie romancée d’Évariste Galois. Son troisième roman, Un Certain M. Piekielny, a toujours comme point de départ l’Histoire, celle de Romain Gary cette fois-ci et de son voisin polonais, ce M. Piekielny. Lors d’un voyage en Pologne, François-Henri Désérable tombe sur la maison de cet énergumène… et ainsi commence l’enquête. 

Un funambule sur le sable

Gilles Marchand

À ne pas confondre avec le réalisateur, Gilles Marchand l’écrivain était l’un des 66 primo-romanciers de la rentrée littéraire 2016 avec Une Bouche sans personne. « J’ai un poème et une cicatrice », assenait le narrateur en guise d’introduction, pour un roman puissant, oscillant entre moments burlesques, poétiques mais aussi profondément tragiques. Fort de son succès l’année dernière, Gilles Marchand s’est aussitôt remis à l’écriture avec l’histoire de Stradi, un jeune garçon qui a un violon dans la tête, dans Un funambule sur le sable. On retrouve la patte étrange et magique du romancier, aux accents de Boris Vian, pour un moment de lecture aussi charmant qu’inoubliable.

survivre

Frederika Amalia Finkelstein

Tête d’affiche des primo-romanciers de la rentrée littéraire 2014, Frederika Amalia Finkelstein avait surpris tout le monde avec son grand « cri » – selon les mots de Jean-Marie Le Clézio, L’Oubli. L’Oubli de la Seconde Guerre mondiale, de la Shoah, des camps, c’est ce que voulait dénoncer la narratrice élévée aux Daft Punk et à la Playstation. Encore une fois, c’est la barbarie qui intéresse l’écrivain de 26 ans dans Survivre. Barbarie des attentats du 13 novembre 2015, à sa porte cette fois-ci. Une plume sensible qui décrit la solitude et la perte de repères de sa génération. 

sucre noir

Miguel Bonnefoy 

Française et vénézuelienne, la plume de Miguel Bonnefoy est aussi cosmopolite que l’écrivain lui-même. Finaliste du Goncourt du Premier Roman en 2015 avec Le Voyage d’Octavio, tribulations d’un paysan analphabète à la recherche de son identité vénézulienne, Miguel Bonnefoy nous fait voir du pays cette année encore avec Sucre noir, dans lequel une famille des Caraïbes est bouleversée par la légende d’un trésor perdu. Avec son écriture qui fait écho aux contes philosophiques bien connus, mêlée de réalisme magique si cher aux écrivains de l’Amérique latine, Miguel Bonnefoy est un auteur atypique, une voix à entendre, toujours prompte à nous faire vivre de grandes épopées.  

summer

Monica Sabolo

D’abord journaliste pour des magazines féminins, Monica Sabolo s’est peu à peu convertie à l’écriture fictionnelle. Après Le Roman de Lili en 2000 et Jungle en 2005, elle s’est démarquée avec son roman autobiographique Tout cela n’a rien à voir avec moi, pour lequel elle a remporté le Prix de Flore 2013. Disséquant ses histoires d’amours et ses histoires de famille, Monica Sabolo avait étonné par la forme de son récit, composé de SMS, mails, photographies ou tableaux comparatifs. Dans Summer, elle s’attache cette fois-ci à la disparition d’une jeune fille, Summer, et à l’enquête que mène son frère vingt-cinq ans plus tard. Une écriture fine qui sonde parfaitement la psyché d’une famille dévastée.   

Les-fantomes-du-Vieux-Pays

Nathan Hill 

Les Fantômes du vieux pays, The Nix en VO, a été présenté comme l’un des meilleurs livres de l’année outre-atlantique par The New York TimesThe Washington Post ou encore Slate. Pavé de la rentrée littéraire, 720 pages au compteur, ce roman paru dans la prestigieuse collection Du monde entier de Gallimard débute par une agression publique, celle du gouverneur Packer, candidat à la présidentielle. Partant d’un fait divers, le jeune auteur tisse sa toile, prend du recul, élargit son point de vue pour livrer une fresque monumentale de l’Amérique. Nathan Hill croque son pays, ses travers, les fantasmes qu’il véhicule, ses vieux démons… Un livre ambitieux et captivant, par un jeune auteur étranger à suivre !

 

Parmi-les-miens

Charlotte Pons

Pour son premier roman, Charlotte Pons, ancienne journaliste au Point aux pages Culture, aborde un sujet tragique dans Parmi les miens : les déchirements d’une fratrie qui doit décider d’écourter, ou non, la vie de leur mère, après un accident qui l’a plongée dans un état de mort cérébrale. Comment choisir ce qui nous dépasse ? Comment accepter la mort de ses parents et un monde sans sa mère ? Cette épreuve est l’occasion de redessiner les liens fraternels, de découvrir des personnalités insoupçonnées, mais surtout de partir à la découverte de l’histoire familiale. Qui est Maman, cette inconnue ?

Une-histoire-des-loups

Emily Fridlund

Primo-romancière du crû 2017, Emily Fridlund vient du Minnesota, là où se déroule l’action de son roman, Une histoire des loups. Titulaire d’un doctorat en littérature, elle s’était déjà faite repérer avec ses écrits publiés dans diverses revues outre-atlantique, pour finalement franchir le pas de la fiction. Best-seller aux États-Unis, Une histoire des loups a également été saluée par la critique, qui acclame cette voix inhabituelle. La romancière raconte la vie de Madeline, une adolescente singulière qui, à l’aide de jumelles, épie la maison de ses voisins. Foyer fascinant au sein duquel Madeline trouve sa place. Foyer inquiétant entre gaieté feinte et rire grinçant.    

Encore-vivant

Pierre Souchon

Encore un jeune talent journaliste : Pierre Souchon, 35 ans, travaille pour Le Monde Diplomatique et L’Humanité, malgré sa maladie qu’il raconte dans Encore vivant. En effet, Pierre Souchon est bipolaire. Alors qu’il vient de se marier à une femme issue de la haute bourgeoisie, l’auteur d’origine plus modeste, est interné en hôpital psychiatrique à cause de graves crises maniaco-dépressives. Il nous livre une étude poignante sur la folie, vue de l’intérieur, et porte son regard sur le malade qu’il est, les internés, mais aussi sur les relations entre les classes sociales. Récit sincère, qui ne nous épargne rien. 

Les-buveurs-de-lumiere

Jenni Fagan

Romancière écossaise de 40 ans, Jenni Fagan en est à sa deuxième rentrée littéraire française aux Éditions Métailié, après La Sauvage en 2014. Également poète, son dernier recueil, The Dead Queen of Bohemia, se classe parmi les meilleurs poèmes écossais de l’année 2017. Ses talents lyriques, on les retrouve dans Les Buveurs de lumière, roman inclassable de la rentrée 2017. Dans un monde qui entre dans une ère glaciaire, Jérusalem est sous la neige. Les derniers jours de lumière sont comptés et chacun cherche à en faire provision. Les catastrophes écologiques pressent, la fin du monde tel que nous le connaissons approche, et pourtant Jenni Fagan autorise l’espoir à s’immiscer dans ce roman solaire. 

Aller + loin : le guide de la rentrée littéraire 2017

Article rédigé par
Mathilde1
Mathilde1
libraire sur Fnac.com
Sélection de produits