Décryptage

Lettres du père Noël, l’itération d’un mythe par J.R.R. Tolkien

22 décembre 2023
Par Robin Negre
Illustration réalisée par Tolkien lui-même et reprise comme couverture de l'ouvrage.
Illustration réalisée par Tolkien lui-même et reprise comme couverture de l'ouvrage. ©Christian Bourgeois Édtieur/Pocket/Tolkien

L’auteur mythique du Seigneur des Anneaux a, pendant des années, confectionné des lettres envoyées par le père Noël à ses enfants, et démontre à nouveau son imagination enivrante.

Qui, désormais, ne connaît pas J.R.R. Tolkien où au moins, son livre phare : Le Seigneur des Anneaux ? Publiée entre 1954 et 1955, la trilogie connaît rapidement un succès important avant de devenir dans les années 1970 une référence pour toute une nouvelle génération.

J.R.R. Tolkien, académicien minutieux, trouve dans la Terre du Milieu – l’univers créé par ses soins – un monde à bâtir, des civilisations à imaginer et plusieurs cultures à détailler. Durant toute sa vie, il continuera d’enrichir son œuvre et la Terre du Milieu reste aujourd’hui un monument de la littérature, entre les romans, les contes, les essais et les appendices détaillant son histoire quasi complète, rendue populaire par de nombreuses adaptations.

Toutefois, durant sa longue carrière, J.R.R. Tolkien a également proposé d’autres œuvres, bien éloignées de la Terre du Milieu…

Illustration montrant la demeure du père Noël, par Tolkien.©Christian Bourgeois Édtieur/Pocket/Tolkien

Parmi celles-ci – en plus d’un essai sur la légende de Beowulf ou le poème La Chute d’Arthur – se trouve Lettres du père Noël, publié en 1976 et contenant plus de 20 ans de lettres écrites par l’auteur à destination de ses quatre enfants, signées – forcément – de la main du père Noël.

Cette compilation, publiée en France aux éditions Christian Bourgeois Éditeur et Pocket, est une merveille de douceur, particulièrement retentissante en période de fêtes, qui montre déjà à quel point l’auteur est un fabuleux conteur, capable de transformer la moindre idée en voyage complet dans un monde imaginaire.

Une trentaine de lettres par le père Noël

La première lettre, quelques lignes seulement, vient répondre à la question posée par le fils de Tolkien, John. En 1920, le père Noël y explique vivre au pôle Nord et devoir lutter contre une neige épaisse pour être en mesure de distribuer des cadeaux. Un dessin (réalisé par Tolkien, ils le seront ensuite tous) présente la demeure du père Noël au pôle Nord.

La lettre apparaît presque comme une « excuse » donnée à John, venant, peut-être, répondre à une question posée par l’enfant à son père. L’année suivante, une nouvelle lettre arrive, et ainsi de suite, et ainsi de suite, et ainsi de suite…

À mesure que la famille s’agrandit et que d’autres enfants de Tolkien arrivent en âge de comprendre les lettres, le père Noël se lance dans des histoires de plus en plus longues et partage son quotidien au pôle Nord ainsi que les différentes péripéties qu’il rencontre.

Lettre écrite par Tolkien.©Christian Bourgeois Édtieur/Pocket/Tolkien

Le principe est des plus attendrissants. La régularité tenue par Tolkien (plus de 20 ans) confère en outre à l’exercice la richesse du temps et une évolution dans le style et les thématiques. Les enfants grandissent, deviennent trop âgés pour se prêter au jeu, mais l’auteur continue, pour les petits frères et sœurs, même si eux aussi deviennent, à un moment, trop grands.

Au fur et à mesure que les années passent, il semble presque évident que Tolkien fait désormais ça aussi pour lui et pour toute la mythologie qu’il a construite au fil du temps.

De tranches de vie à grandes péripéties

Toute la force de Lettres du père Noël vient en réalité aux apparitions successives de plusieurs personnages. Tout débute, naturellement, avec le père Noël, puis Tolkien, dans la grande tradition de son œuvre, ajoute d’autres protagonistes : l’ours du pôle Nord, malicieux et gaffeur, le mystérieux homme de la Lune, l’ourson Paksu ou encore l’elfe Ilbereth.

Ce qui démarre comme une simple lettre adressée en période de fêtes se transforme en grande ménagerie complexe, aux règles bien définies et aux personnages très développés. 

Les péripéties du père Noël et de l’ours du pôle Nord.©Christian Bourgeois Édtieur/Pocket/Tolkien

Destiné à ses enfants – d’abord en bas âge –, Lettres du père Noël se classe dans la catégorie conte pour enfants façon Tolkien. À l’image de son travail sur Le Hobbit (1937), nettement plus accessible que Le Seigneur des Anneaux, l’auteur adapte sa plume et ses phrases pour atteindre une simplicité universelle.

Chaque mot est juste et tend vers le message voulu, et à mesure que les intrigues grandissent, Tolkien joue avec les personnages et les différences de style entre eux. Cela a toujours été une des grandes forces de l’écrivain : les langues, leur construction et leur utilisation.

Les dernières années se transforment alors en grande aventure menée par les personnages : les Gobelins sont présents, le père Noël doit faire face à de nombreuses péripéties et un elfe apparaît pour aider le père Noël avec sa rédaction.

À partir de
29,90€
Voir sur Fnac.com

Tolkien touche du doigt la thématique profonde de son œuvre : la mythologie, inhérente à tout ce qu’il créé. Chaque personnage a désormais son style d’écriture et même son alphabet – l’elfique apparaît, ainsi que le dialecte des Gobelins. L’univers se complexifie et il n’échappera à personne que Tolkien ne peut s’empêcher de construire et de développer toujours plus les mondes qu’il touche du doigt. C’est sa grande force, ce qui fait de lui un auteur si particulier.

Même en reprenant un mythe déjà installé et qui a ses propres codes, Tolkien en fait quelque chose d’autre et puise encore plus loin dans le travail de l’imagination. Ce faisant, un simple livre commencé pour amuser ses enfants devient une œuvre profonde et enivrante qui confirme l’attrait gigantesque de l’auteur pour la fantasy…

À lire aussi

Article rédigé par