Sélection

Shōjo: les nouveautés du premier semestre 2017

16 juin 2017
Par Angèle
Shōjo: les nouveautés du premier semestre 2017

Comédies romantiques, amour contrarié, petits riens du quotidien, les nouveautés de cette année dans le domaine du shōjo sont variées et explorent toutes sortes de sentiments. Les grandes vacances approchent, et avec elles le temps de se plonger dans de belles histoires. Voici une sélection de lectures pleines d’émotions pour passer un été tendrement ensoleillé.


Fantastique

Lovely-hair

Ema Tôyama, l’auteure très appréciée de Love mission, a plusieurs cordes à son arc : après deux séries de comédies romantiques, elle revient chez Pika avec une histoire fantastique intitulée Lovely hair. Mashiro est une enfant exceptionnelle qui possède le don de recueillir les dieux épuisés dans sa sublime chevelure, ce qui suscite admiration mais aussi jalousie de la part des siens. C’est pourquoi elle vit isolée du monde, n’ayant de contact qu’avec son ami d’enfance et découvrant le monde à travers les livres. Elle est sur le point de s’enfuir quand un dieu reconnaissant lui accorde un vœu : sa vie change du tout au tout puisqu’elle devient subitement une belle jeune femme ! Mais ses ennuis ne sont pas finis pour autant… Cette série, située dans un Japon traditionnel, explore toute une mythologie merveilleuse et met en scène des personnages énigmatiques et ambivalents. À partir de 10 ans.

Vampire knight mémoires de Matsuri Hino

 Quant à toutes celles que la fin de Vampire Knight avait laissé orphelines, qu’elles se réjouissent ! Matsuri Hino leur a concocté un petit extra qui revient sur les principaux personnages et forme une suite à la célèbre série. Entre épisodes inédits et révélations inattendues, les fans pourront se replonger dans cet univers romantico-gothique et découvrir ce que sont devenus humains et vampires, après toutes ces aventures fantastiques, dans Vampire knight, mémoires. À partir de 13-14 ans.

Amitié et quotidien

Un-coin-de-ciel-bleu

Quoi de mieux que de belles histoires d’amitié pour se mettre du baume au cœur ? Les plus jeunes pourront en profiter pour découvrir  l’univers du manga avec Un coin de ciel bleu. Ce titre, très accessible avec son sens de lecture français, sa mise couleur et son système d’histoires courtes, est parfait pour des lectrices de 7-8 ans qui voudraient s’initier au manga. L’humour et l’énergie dégagés par ses trois héroïnes jamais en manque d’idées pour s’amuser et profiter de leur jolie petite ville en font une lecture sympa et vous apprendrez plein de choses sur le quotidien des jeunes japonais. 

Jump 

Avec Jumping, les fans de chevaux auront enfin leur manga ! Après un coup dur, une jeune fille ne sait plus quel sens donner à sa vie jusqu’à ce que son amie l’emmène dans son centre d’équitation. Au contact des chevaux, Ran va reprendre confiance et trouver un objectif. Une belle histoire d’amitié et d’apprentissage. Ce manga s’adresse à un large public (comme Barakamon ou Yotsuba, par exemple) et peut se lire à partir de 10 ans.

La-Maison-du-Soleil

La maison du soleil est le premier manga traduit en français de Taamo et a été élu meilleur manga au Japon en 2014. Cette histoire, nostalgique et grave, parle joliment de sentiments profonds et de la force des liens qui peuvent unir les gens malgré les aléas de la vie. Mao et Hiro se connaissent depuis l’enfance, où leur relation était presque fraternelle, mais de tristes circonstances les éloignent un temps. Quand ils se rencontrent, des années plus tard, ils sont très seuls tous les deux: les parents de Hiro sont décédés et ceux de Mao ont divorcé. En décidant de cohabiter dans la maison qui les a vus tant rire et jouer, arriveront-ils à recréer ce lien qui les réchauffait si bien dans leur enfance ? Sensible et délicat, ce titre s’adresse aux lecteurs et lectrices de 12-13 ans et plus.

Moving-Forward

Quant à Nagamu Nanaji, qui nous avait habitués aux comédies romantiques avec Parfait Tic ou Koibana-L’amour malgré tout, nous la retrouvons aux éditions Akata avec une histoire douce-amère, aux sentiments complexes et à la psychologie plutôt fouillée. Kuko déborde d’énergie et sourit tout le temps, mais son attitude lui permet surtout de tenir à distance une douleur trop lourde à porter. Ce qui n’échappe pas à un nouveau venu du voisinage, un adolescent perspicace à la franchise déconcertante. Dès lors, Kuko décide d’essayer d’être elle-même, en dépit de la difficulté qu’elle éprouve à communiquer ses émotions à son entourage. Intelligent, tendre, ce manga est un vrai coup de cœur ! Si vous avez aimé le côté mélancolique d’Orange de Ichigo Takano, vous devriez apprécier ce récit tout en finesse. À partir de 13-14 ans.


Comédies romantiques

Sans doute le genre le plus populaire dans le shōjo, les comédies romantiques sont assaisonnées à toutes les sauces et permettent de faire le point sur l’amour (si, si, les sentiments sont en général très bien décryptés par les auteur(e)s de manga), tout en s’amusant à partager les aventures abracadabrantes de héros passionnés !

Cheeky love a reçu un très bon accueil et on comprend pourquoi à la lecture de cette romance punchy et décalée qui confronte une héroïne sérieuse comme tout, très investie dans son rôle de manager de l’équipe de basket de son lycée et très discrète sur sa vie sentimentale, à un charmant joueur blagueur, taquin, prêt à tout pour faire craquer l’élue de son cœur. Crises de nerfs et éclats de rires garantis ! À partir de 10-11 ans.

Des sentiments explosifs sont aussi à l’honneur dans Toi et moi, jamais, la dernière série de Mayu Sakai, qui a déjà conquis son public avec Rockin heaven et Sugar soldier. Son héroïne, Subaru, est couvée par ses deux formidables grands frères depuis toujours, mais elle aimerait bien se débrouiller seule à son entrée au lycée. Sa rencontre avec un camarade au passé de voyou fort attaché à la liberté l’aidera peut-être à franchir le pas ? Tour à tour protecteur ou indifférent, Arata est un garçon déstabilisant, loin de l’image du prince charmant, et il semble avoir quelques secrets… Subaru n’est pas au bout de ses peines ! Heureusement, ses frères veillent au grain, avec plus ou moins de diplomatie. Ce côté familial est d’ailleurs très sympa et donne encore plus de réalité à cette histoire mouvementée. À partir de 11-12 ans.

Toi-et-moi-jamaisCheeky-loveKi-Me-Host-ClubLove-in-progrePlus-jeune-que-moi-01

Une aventure toute en quiproquo attend Mako, l’héroïne de Kiss me host club, la nouvelle série (en France, du moins) de Nachi Yûki, l’auteure de Come to me et I’m the only wolf. Cette mangaka aime bien mettre ses personnages dans des situations incongrues et Mako n’y échappera pas. Devenue « bonne à tout faire » du club d’hôtes de son lycée, la voici aux prises avec des garçons certes très mignons mais complètement loufoques ! Une série courte, drôle et pétillante à découvrir à partir de 12-13 ans.

Les garçons ont aussi une place de choix dans Love in progress. En effet, Hinako, une jeune fille sensible et timide, intègre un lycée où il n’y a que quatre filles. Pour elle qui n’a fréquenté jusqu’alors que des écoles de filles, le défi s’annonce difficile. Elle ne sait absolument pas comment s’y prendre avec ses camarades de classe et entre les taquineries, les incompréhensions, voire le mépris dont elle est la cible, ses journées ne sont pas de tout repos. L’avenir semble compliqué, à moins que l’amour ne s’en mêle… À partir de 12-13 ans.

Bien que divertissant et émaillé de situations plutôt comiques, Plus jeune que moi est un manga qui aborde l’amour de façon romantique et intelligente. Ayant quatre petits frères, Mihoro est attentionnée et protectrice. Elle ne voit pas plus loin quand elle vient en aide à un garçon de son lycée, plus jeune qu’elle. Mais celui-ci est très sensible aux charmes de Mihoro et tombe amoureux de sa senpaï. L’auteure décrit joliment la force de cet amour naissant et donne un réel poids au récit grâce aux réflexions très matures de ce héros adorable et avisé. C’est une histoire mignonne et touchante à découvrir à partir de 12-13 ans.

Amour contrarié

Parfois, tout n’est pas rose et vivre une histoire d’amour peut s’avérer plus difficile que prévu, comme c’est le cas dans les titres suivants.

Coeur-de-herion

Dans Cœur de hérisson, Kii, une jeune fille douce et gentille se prend d’affection pour Hozuki, un garçon bagarreur qui n’arrive pas vraiment à s’intégrer à sa classe. Cette affection évolue vers un amour sincère mais Hozuki n’arrive pas à distinguer amour et amitié, ou alors est-ce un moyen de se protéger ? Bien décidée à amadouer ce hérisson sauvage, Kii va tout faire pour ôter les piquants qui entoure le cœur de ce  tendre bad boy, mais le chemin pour y arriver est semé d’embûches. À partir de 11-12 ans.


Romantic-memories

Romantic memories, comme son nom l’indique, parle d’un amour passé. Sora et Hacchi sont au lycée et sont très amis. Et s’ils aiment passer du temps ensemble avec leurs camarades, Sora ne peut s’empêcher de repenser à la relation qu’ils avaient nouée au collège. Ce premier amour compliqué, qui lui a laissé un sentiment d’inachevé, la rend malgré tout nostalgique et elle espère peut-être trop de choses de la part de Hacchi. Ne voulant pas briser leur amitié, Sora a bien du mal à décortiquer ses sentiments et se pose beaucoup de questions. À partir de 11-12 ans.

Koi-Furu-Colorful

Quant à Mashiro, l’héroïne de Koi furu colorful, elle a vécu un amour très fort avant que le garçon qu’elle aimait ne disparaisse sans laisser de traces ! Elle le retrouve par hasard à Tokyo quatre ans plus tard mais il nie la connaître. Alors qu’ils sont dans la même classe, Mashiro est bien décidée à tirer cette histoire au clair et à avouer ses sentiments. Mais elle n’est pas à l’abri des déconvenues : nos héros sont-ils vraiment sur la même longueur d’ondes ? À partir de 12-13 ans.

Quand l’amour domine

Les deux titres qui suivent s’adressent plutôt à des lectrices matures, capables de mettre de la distance entre fiction et réalité, ayant l’âge d’aborder le thème des premières relations physiques. Sans se départir d’un certain comique de situation, ces mangas sont tout de même axés sur la manipulation amoureuse, à envisager à partir de 16-18 ans.

Be-my-slave

Dans Be my slave, tout comme dans Black Prince & White Prince, les deux héroïnes ont décidé de changer radicalement entre le collège et le lycée et sont dans l’attente d’une belle et romantique histoire d’amour. Azusa est une intellectuelle introvertie et complexée qui trouve son plaisir dans la littérature classique, jusqu’à l’intrusion du beau Kaoru dans sa vie. Entre séduction, mensonges et secrets, il impose très vite ses désirs à la sage jeune fille, qui n’ose pas (ou ne veut pas ?) dire non à celui qu’elle aime malgré tout. Comment évoluera leur relation, seront-ils capables de communiquer au-delà du désir qui les anime? Derrière les scènes taquines, le scénario est plutôt recherché et met au jour des personnalités complexes et plus fragiles qu’il n’y paraît.

Black-Prince-and-White-Prince

Yû, l’héroïne de Black Prince & White Prince, était timide et renfermée mais depuis qu’elle s’occupe de son apparence, elle a gagné en confiance ! Son objectif au lycée : se sentir bien dans sa peau et vivre une belle histoire d’amour, de préférence avec Takumi Shirakawa, surnommé le Prince blanc, le beau gosse du lycée. Mais c’est sans compter sur sa rencontre avec Kurosaki, un garçon brutal, renfrogné, antipathique qui semble avoir décidé de mener la vie dure à la pauvre Yû. Au lieu de le repousser, Yû essaye de voir au-delà des évidences et cherche à mieux connaître et comprendre le Prince noir, même si celui-ci ne lui facilite pas la tâche et n’hésite pas à faire parler son penchant de dominateur. Plus léger que Be my slave, ce manga est aussi plus accessible.

Entre rires et soupirs, nous vous souhaitons de belles lectures sentimentales et passionnées !

Article rédigé par
Angèle
Angèle
libraire BD à Fnac Grenoble Grand-Place
Sélection de produits