Rencontre
02 au 09 mars 2024

Michèle Rakotoson, lauréate du 5e Prix Orange du Livre en Afrique, à Marseille et Lyon Bellecour

Michèle Rakotoson, lauréate du 5e Prix Orange du Livre en Afrique, à Marseille et Lyon Bellecour
Le samedi 02 mars 2024
De 16h00 à 18h00
Le samedi 09 mars 2024
À 15h00

Rencontrez l’écrivaine malgache, dans votre Fnac, lauréate du prix pour le roman « Ambatomanga, le silence et la douleur » publié aux éditions l’Atelier des nomades. (Maurice)

Dans le cadre de ses engagements dans la culture, la Fondation Orange a créé, en 2019, le Prix Orange du Livre en Afrique. Ce Prix répond à la volonté d’œuvrer pour la promotion des talents littéraires africains et de l’édition locale africaine. Pour cette 5 e édition, 38 romans ont été proposés par 29 maisons d’édition basées dans 12 pays d’Afrique francophone. Une première sélection de 5 romans avait été faite par 5 comités de lecture réunissant une centaine de lecteurs issus de 15 pays africains.

Un jury international présidé par Véronique Tadjo

Les 5 romans sélectionnés ont été soumis à l’appréciation du jury pour déterminer le lauréat.

Présidé par Véronique Tadjo (autrice, poète et artiste), le jury est composé de personnalités issues du milieu littéraire : Yvan Amar (journaliste Radio France), Kidi Bebey (journaliste Le Monde, éditrice et autrice), Yahia Belaskri (écrivain, journaliste co-fondateur de la Revue Apulée), Mamadou Camara (nouvelliste et président de l’association « Les vendredis du livre » au Sénégal), Eugène Ebodé (écrivain), Prudientienne Houngnibo Gbaguidi (présidente de l’association des libraires du Bénin, vice-présidente de l’Association internationale des librairies francophones), Valérie Marin La Meslée (journaliste du Point), Nicolas Michel (rédacteur en chef adjoint Jeune Afrique), Nétonon Noël Ndjékéry (auteur), Gabriel Mwènè Okoundji (psychologue et poète), Ariane Poissonnier (autrice et journaliste RFI) et Yamen Manai (auteur et lauréat 2022).

Le choix du jury s’est porté sur le livre de l’écrivaine malgache Michèle Rakotoson, Ambatomanga, le silence et la douleur publié aux éditions l’Atelier des nomades (Maurice).

Le jury a aussi décidé d’attribuer une mention spéciale à l’écrivain sénégalais Ibrahima Hane pour son roman Les dieux de la brousse ne sont pas invulnérables publié aux éditions L’Harmattan Sénégal.

Le jury a souligné la richesse, la diversité et la profondeur narrative des cinq livres finalistes de cette sélection 2023. Il précise : « Nous avons voyagé dans le temps, dans l’histoire collective et individuelle, sous différents registres et thématiques. C’est à un panorama le plus large possible des différents horizons africains que les écrivains nous ont conviés ».

Ambatomanga fait résonner le cri des victimes de la guerre coloniale à Madagascar.

Dans son roman, Michèle Rakotoson revient sur la guerre coloniale à Madagascar à travers l’histoire croisée de deux personnages : Félicien Le Guen, un jeune officier breton désireux d’aventures et Tavao, un jeune esclave d’Ambatomanga qui décide de rejoindre le combat. Sous une chaleur moite et brûlante, au fil de la traversée lancinante de forêts et de marécages infestés de moustiques, résonne le cri de ces jeunes soldats écrasés dans l’étau d’une colonisation naissante.

à propos de l’Autrice :

Michèle Rakotoson est née en 1948 à Madagascar. Écrivaine, dramaturge, professeur de lettres, elle a aussi été journaliste pour France Culture et RFO, responsable des manifestations littéraires à RFI et directrice littéraire de la Revue noire. En 2008, elle fonde Opération Bokiko, une association qui favorise l’émergence de jeunes écrivains malgaches.

En 2012, elle a été nommée commandeur des Arts et des Lettres malgaches, et a reçu pour l’ensemble de son œuvre la grande médaille de la Francophonie, décernée par l’Académie française.

Elle succède à Yamen Manai, lauréat 2022 pour son roman Bel abîme (Elyzad). Elle recevra une dotation de 10 000 euros et bénéficiera d’une campagne de promotion de son ouvrage.

Le nom de la lauréate a été dévoilée pendant le 13e Salon International du Livre d’Abidjan (SILA) où les 5 finalistes étaient invités pour présenter leur livre. Dans ce cadre, les éditeurs finalistes ont pu bénéficier d’ateliers de professionnalisation, financés par la Fondation Orange et coordonnés par l’Alliance Internationale des Editeurs Indépendants. Les quatre autres finalistes étaient :

  • Lamine Benallou (Algérie), Les vies (multiples) d’Adam, éditions Frantz Fanon, Algérie
  • Bechir Garbouj (Tunisie), La nuit du doute, éditions Demeter, Tunisie
  • Ibrahima Hane (Sénégal), Les dieux de la brousse ne sont pas invulnérables, éditions L’Harmattan Sénégal
  • Anzata Ouattara (Côte d’Ivoire), Safora, une vie de tribulations, éditions Mouna, Côte d’Ivoire

A propos du livre : Ambatomanga, Le silence et la douleur

1894, la France s’apprête à envahir Madagascar. Félicien Le Guen, rempli de désirs d’aventures, quitte sa Bretagne pour rejoindre son contingent sur la Grande Île. Tavao, esclave, porteur à Ambatomanga, vit, pendant ce temps, dans la peur tenace d’une guerre imminente. La douleur taraude le peuple malgache, replié dans le silence des dieux.

Lorsque la reine Razafindrahety organise, enfin, une contre-offensive pour défendre ses terres, Tavao rejoint son maître au combat. Loin de sa femme, enceinte, il est confronté aux affres de la guerre. Félicien Le Guen subit, quant à lui, les stratégies des hauts fonctionnaires parisiens, ignorants des conséquences d’un assaut durant la saison des pluies.
Sous une chaleur moite et brûlante, au fil de la traversée lancinante de forêts et de marécages infestés de moustiques, résonne le cri de ces jeunes soldats écrasés dans l’étau d’une colonisation naissante.


A propos de la Fondation Orange

La Fondation Orange s’engage pour l’insertion sociale et professionnelle des jeunes et des femmes en difficulté : les jeunes sans qualification ni emploi, les femmes en situation précaire, les personnes avec autisme. Depuis 30 ans, les actions de la Fondation leur donnent accès à l’éducation, à la santé, à la culture pour leur permettre de mieux s’intégrer dans la société. La Fondation contribue également à la démocratisation de la culture auprès de tous les publics en favorisant l’accès à la musique vocale, aux livres, aux musées. La Fondation intervient aujourd’hui dans tous ces domaines, pour que le numérique devenu essentiel, soit un facteur d’égalité des chances. Ainsi, avec le soutien de ses salariés engagés, la Fondation Orange permet chaque année, dans 26 pays, à près de 2 millions de personnes de prendre un nouveau départ. En savoir plus : fondationorange.co

La Fnac s’engage activement dans les initiatives de responsabilité sociétale des entreprises (RSE). Aidez-nous en choisissant la mobilité douce ou les transports en commun pour venir à nos événements. Ainsi, vous contribuez à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à améliorer notre qualité de l’air.
Article rédigé par
nsavoldi
nsavoldi
événements culturels en magasin
Pour aller plus loin
Sélection de produits