Dédicace
01 février 2023

Le chanteur Ridsa en dédicace à Montparnasse

Le chanteur Ridsa en dédicace à Montparnasse
©Etienne Boulanger
Le mercredi 01 février 2023
De 18h00 à 20h00
2ème étage

A l’occasion de son nouvel album « Equateur », la Fnac Montparnasse est heureuse d’accueillir Ridsa le mercredi 1er février 2023 à 18h pour une séance de dédicace.

A l’occasion de son nouvel album « Equateur », la Fnac Montparnasse est heureuse d’accueillir Ridsa le mercredi 1er février 2023 à 18h pour une séance de dédicace.

Bien sûr, il y a les tubes. Mais l’histoire de Ridsa, c’est avant tout l’histoire d’un artiste qui s’est construit à force de talent et de persévérance.

Flashback sur des débuts chaotiques : Dès l’âge de 16 ans, Maxence écrit. Beaucoup. Une façon d’exorciser le disfonctionnement familial et les problèmes qui vont avec. Il a 19 ans en 2009 quand il commence à se faire entendre sous le nom de Ridsa, l’acronyme de Respect, Identité, Détermination, Solidarité et Authenticité, des mots qui le représentent. « Je faisais des chansons d’amour, et ça m’a fait plein de millions de vues parce que c’était nouveau dans l’urbain », se souvient-il. Pendant quatre ans, Ridsa travaille seul, postant ses œuvres sur YouTube, bâtissant les fondations de sa création musicale, engrangeant 80 millions de vues avant de rencontrer un label indé pour deux albums qu’il considère aujourd’hui comme ses brouillons.

Une chanson va le propulser vers le grand public, au-delà de sa fan base YouTube/Facebook : « Là C’Est Die », irrésistible hit de pop urbaine pétillant comme un champagne millésimé, qui à lui seul va dépasser les 110 millions de vues. « C’est mon premier titre qui rentre en radio, toutes les télés le passent, c’est numéro un dans les clubs, ça change beaucoup de choses. Ça m’a propulsé, mais l’album était fait avant le single ». L’album en question, Tranquille, sur lequel il a composé quatre musiques, confirme que Ridsa n’est pas l’homme d’un hit single mais un artiste aux multiples facettes.

De 2015 à 2019, Ridsa enchaine les singles d’or et de platine. « Pardon », « Selfie » avec H Magnum, « Je M’En Fous », puis « Avancer » et « Mama Mia », tous deux certifiés Or, sur Libre, son album de 2017. Mais après Vagabond en 2019, Ridsa se fait plus rare. « Je n’étais pas prêt à toute cette lumière. Tous ces gens qui me filment, me demandent des photos, ça me mettait mal l’aise. J’ai pris beaucoup de recul pour réapprendre à vivre, en fait ». De ce break va naitre un album hors norme, son plus ambitieux projet à ce jour : Équateur.

Le nouveau single sorti début 2022, « Santa Maria », marque son retour.

« Depuis 18 mois je travaillais, je me cherchais. Je repartais très variété mais je ne m’amusais pas vraiment. Après je suis parti à fond dans le reggaeton, et j’ai essayé de mélanger tout ça. Pour moi c’était un petit single histoire de dire que je revenais, mais quand mon nouveau label, Play Two, a écouté la maquette de “Santa Maria”, sa sortie single est devenue évidente ».

Ce titre puissant a été réalisé par Alexandre Zuliani, qui a composé une dizaine de morceaux sur le nouvel album. En studio, Ridsa compose à partir d’une mélodie qu’il a enregistré sur son téléphone, passe du piano voix au reggaeton, du pop rock à la chanson urbaine autotunée. « Olé », le deuxième single accompagné d’un clip exotique et sophistiqué filmé en réalité virtuelle, confirme que Ridsa est sur la bonne voie, celle d’une musique riche, variée et grand public. Sur Équateur, il livre les multiples facettes de son style : « L’Ombre De Tes Bas » mélange rythmique reggaeton et guitare gitane, « Ça Ira Mieux » part vers la variété tandis que « Boom Boom » retrouve des sons urbains. Avec « Où Êtes-Vous », un piano voix, Ridsa livre une performance vocale rare sur un thème sombre. « J’y chante comme je n’ai jamais chanté ». High P, producteur français qui travaille avec les pointures du son latino à Miami, a apporté la touche reggaeton authentique. « Foutu Cœur », perle pop, s’impose dès la première écoute comme une création forte, une love song mélodique de haut niveau. L’album prend forme, et Ridsa lui trouve ce titre qui est celui du morceau clé, « Équateur », sur lequel il se raconte comme jamais. « J’y raconte tout, je ne m’étais pas encore livré comme ça. Dedans il y a ce côté un peu rap, guitare voix, ça part sur du reggaeton, j’ai mis dans un son tout ce qui se passe sur l’album ».

En attendant une tournée 2023 avec un live band, Ridsa s’apprête à défendre son projet, le plus ambitieux et le plus complet qu’il ait jamais réalisé, tout en gardant sa légendaire modestie : « Je suis fier de mon parcours. Je ne sors pas d’une émission télé, je ne suis le petit frère de personne. J’ai payé mon premier studio 30 euros, mon premier clip 400 euros, je sors de là. Je suis la preuve que tout le monde peut réussir ». Chansons fun, séquences émotion, tempo latino, chant et piano, Équateur est le disque éclectique d’un artiste complet. « Je ne cours pas après les chiffres. J’aimerais bien que mon album plaise, continuer la musique, faire ma tournée et être un peu partout ».

Équateur, l’album d’un homme libre, d’un chanteur et ambianceur hors pair. L’album de Ridsa.

Olivier Cachin

Article rédigé par
AnneP
AnneP
Assistante Communication, Marketing et Action Culturelle
Pour aller plus loin