Dédicace
27 novembre 2021

Dédicace Emmanuel Reuzé

Dédicace Emmanuel Reuzé
Le samedi 27 novembre 2021
De 16h00 à 20h00
Information
Accès selon les conditions sanitaires en vigueur, dans la limite des places disponibles. Port du masque obligatoire. Rayon bande dessinée, Librairie, Niveau -3

La Fnac Forum a le plaisir d’accueillir en séance de dédicaces* Emmanuel Reuzé, pour la sortie de l’ouvrage « Faut pas prendre les cons pour des gens ».

 

Les deux premiers albums de la série n’ont pas suffi à se jouer de la bêtise ordinaire qui se renouvelle sans cesse… Emmanuel Reuzé démontre avec ce troisième tome que le monde continue de marcher sur la tête. La connerie seraitelle un puits sans fond ?
On retrouve les thématiques chères à l’auteur : la pauvreté, l’éducation, le système de santé, le mal-être au travail, l’extrémisme religieux, la grande distribution, le racisme, l’intelligence artificielle. De nouveaux sujets qui rythment l’actualité sont également traités dans ce nouvel album : la précarité étudiante, l’eugénisme, la cause animale, l’hameçonnage commercial, la télésurveillance, le dopage, la fracture sociale… Quelle que soit la gravité du sujet, Emmanuel Reuzé parvient toujours à nous faire rire. Un humour noir mais un humour acéré, franc, fort, qui fait réfléchir !

Pour Faut pas prendre les cons pour des gens 3, Emmanuel Reuzé s’est entouré de trois co-scénaristes, aussi agiles que lui pour manipuler l’absurde et privilégier le rire aux larmes, afin d’approfondir ce grand chantier d’analyse : Nicolas Rouhaud présent depuis le tome 1, rejoint par Jorge Bernstein et Vincent Haudiquet. Grâce à cette équipe de choc, chaque gag a été construit, retourné, modifié, écarté, repêché, transformé jusqu’à l’obtention de la planche parfaite, à l’efficacité redoutable. Ils ont tous les quatre une passion commune pour le non-sens et la parodie.

Leur humour est grinçant, parfois transgressif mais toujours juste. À des scénarios soignés où les chutes tombent en cascade et font sens, s’ajoutent les dessins de Reuzé d’un réalisme brut dont l’effet statique creuse habilement le décalage entre les dialogues et les situations. Cette rigidité dans le dessin, voulue par l’auteur, participe à l’effet comique et révèle l’absurdité de la situation. Dans chaque planche, le comportement humain est comme englué dans sa bêtise. Par le rire et la caricature, les auteurs de Faut pas prendre les cons pour des gens pointent la connerie universelle, celle des puissants comme celle des faibles qui reproduisent les injustices. Car oui, on peut rire de tout, et il le faut ! L’humour absurde ne se déconnecte jamais de la réalité. Au contraire il la fait grincer plus fort…