Actu

Panasonic My Scene : premier projecteur ultra-courte focale de la marque

06 novembre 2018
Par Romain Challand

Panasonic a récemment dévoilé un vidéoprojecteur ultra-courte focale, qui s’équipe notamment d’un système sonore puissant de 32 Watts.

Si Panasonic s’est fait expert dans le monde du téléviseur, avec quelques excellentes références, la marque continue de s’intéresser à d’autres gammes de produits, tels les vidéoprojecteurs. Le constructeur présente d’ailleurs aujourd’hui un vidéoprojecteur ultra-courte portée, le TX-100FP1E, qui prend le doux nom commercial de My Scene.

 © Panasonic
© Panasonic

Esthétiquement, ce projecteur DLP (technologie de Texas Instrument), prend la forme d’un rectangle aux dimensions de 32,6 x 23,1 x 29,5 cm, dont la partie supérieure se soulève lors de l’utilisation pour dévoiler le bloc optique. Il fournit des images allant de 60 à 120 pouces en étant placé seulement à une distance de 20 à 48 cm de la surface de projection. La luminosité du produit est annoncée à 2700 lumens, ce qui semble excellent, tandis que le contraste s’établit à 2 000:1. La durée de vie de cette lampe est estimée à 3000 heures en mode standard, 5 000 heures en mode éco 1, et jusqu’à 10 000 heures en mode éco 2.

Ce qui semble particulièrement intéressant avec ce TX-100FP1E, c’est l’aspect audio. En effet, le niveau de bruit annoncé – c’est-à-dire le son émanant du fonctionnement du projecteur – est de 34 dB en mode standard, et seulement 27 dB en mode éco 1. Mais surtout, le projecteur embarque 4 midwoofers et 2 woofers, pour une puissance de sortie maximum de 32 Watts. À titre de comparaison, un projecteur BenQ w1090 fournit 10 W et le Philips Screeneo propose 26 W (36 W pour le Screeneo 3.0 qui a mystérieusement disparu de l’actualité). Côté connectivités, l’appareil intègre deux ports HDMI, un port USB, une sortie audio numérique (optique), et une sortie audio analogique. Pour le sans-fil, le My Scene embarque Wi-Fi et Bluetooth.

Le TX-100FP1E sera disponible dès ce mois-ci, au tarif de 1999 euros.

Article rédigé par
Romain Challand
Romain Challand
Journaliste