Vidéo

Les poches de l’été

19 juillet 2022

L’instant Lire à la Fnac : le rendez-vous de toutes les littératures à ne pas manquer. Baptiste Liger, directeur de la rédaction du magazine Lire – Le Magazine Littéraire, partage ses conseils de lecture. Vous êtes prêts à partir et votre valise est déjà pleine à craquer ? Allez, vous allez bien trouver de la place pour quelques poches. Petite sélection pour les vacances.

La Disparition de Perek – Hervé Le Tellier (Folio policier)

Baptiste Liger : « Vous êtes nombreux à avoir découvert Hervé Le Tellier avec le Goncourt attribué à L’Anomalie, plus d’un million d’exemplaires écoulés, aujourd’hui disponible en format poche.

On profite de cette nouvelle sortie pour découvrir une vieille parution, ou en tout cas une réédition d’un vieux polar d’Hervé Le Tellier sorti en 1997, La disparition de Perek, P.E.R.E.K, clin d’œil à l’écrivain Georges Perec. Il s’agit donc d’un petit polar de la série Le Poulpe, série qui était très populaire dans les années 80, 90.

Et donc, Le Tellier ici, imagine une enquête de ce personnage iconique à partir du meurtre d’un étudiant qui aura évidemment des ramifications très inattendues et on retrouve déjà tout le talent d’Hervé Le Tellier à travers cette enquête haute en couleurs.

Monsieur Pain – Des putains meurtirères – Roberto Bolaño (Points)

C’est sans doute le plus grand, en tout cas l’un des plus grands romans des années 2000, à savoir 2666 de Roberto Bolaño, une grande fresque parue de manière posthume.

Et bien on peut redécouvrir d’autres ouvrages de cet écrivain chilien majeur disponibles en poches. Avec d’un côté, un roman de jeunesse, Monsieur Pain, une sorte de thriller borgésien et de l’autre, un recueil de nouvelles très étranges et très éclatées, Des putains meurtrières.

Et un constat s’impose après redécouverte de ces deux ouvrages très différents, Roberto Bolaño était, non, est un p***** de génie.

Monsieur-Pain
Des-putains-meurtrieres

Le Chemisier – Bastien Vivès (Casterman)

Les éditeurs de BD jouent, eux aussi, la carte du poche, du semi poche ou de la réédition abordable et ce, pas seulement dans le manga ou dans le comics.

On peut ainsi relire le roman graphique de Bastien VivèsLe chemisier. Soit l’histoire d’une jeune étudiante un peu banale, anonyme, qui un jour va emprunter le vêtement titre, à savoir le chemisier et qui va voir le regard des autres et en premier lieu celui des hommes profondément changer jusqu’à un rebondissement dont on ne dira tout simplement rien.

On retrouve là tout l’art de Bastien Vivès, toutes ses obsessions, avec quelques scènes évidemment un peu olé olé. Un propos subtil qui se révèlera au fil des pages et, bien entendu, son trait si particulier, son sens de la composition qui lui a valu sa réputation flatteuse et bien méritée à mon avis.

Puissance de la douceur – Anne Dufourmantelle (Rivages poche)

La philosophe et psychanalyste Anne Dufourmantelle nous a quitté en 2017 et on avait envie de lui rendre un petit hommage à l’occasion de la réédition en poche de sa Puissance de la douceur.

À partir des sagesses orientales ou occidentales, antiques ou contemporaines et même quelques exemples historiques, Anne Dufourmantelle nous montre en quoi, loin d’être une faiblesse, la douceur peut être notre alliée au quotidien. Elle met également en lumière les liens ténus entre cette douceur et notre part d’enfance pour en tirer une véritable leçon de vie remarquablement étayée et loin, très loin du contenu qu’on peut trouver dans certains manuels de développement personnel un peu fumeux.

Le Goût des vacances (Mercure de France)

Enfin, rien de tel qu’un petit livre de poche dans lequel on peut picorer librement et qui nous permet de réviser nos grands classiques. Et, saison oblige, on vous recommande Le goût des vacances, publié dans la collection aux Mercure de France Le Petit Mercure.

Une sélection d’une trentaine de textes avec nombre de monstres sacrés, de Guy de Maupassant à Gustave Flaubert en passant par Marcel Proust, Henry James, Katherine Mansfield, sans oublier quelques écrivains contemporains comme Michel Houellebecq ou Frédéric Beigbeder.

Au fil des pages on comprend véritablement ce que sont les vacances, comment elles ont évolué au fur et à mesure des siècles, jusqu’à leur démocratisation en fin de compte assez récente quand on y pense.

À noter que cette compilation littéraire a été établie par une certaine Virginie Le Gallo qui n’est autre qu’une libraire parisienne de la Fnac, preuve que décidemment, les libraires Fnac ont du talent. »